PRISE EN CHARGE DES HÉMORRAGIES DU POST-PARTUM DANS LES PAYS À REVENUS LIMITÉS: LIER OU HYSTÉRECTOMISER?

RESUME: Objectifs : Préciser l’efficacité du traitement chirurgical conservateur des HGD et d’en déterminer les facteurs de succès ou d’échec.
Patientes et méthodes : Il s’agissait d’une étude rétrospective et descriptive qui a concerné 108 patientes. Ces patientes avaient bénéficié d’une chirurgie pour HGD ; consistant soit en un traitement conservateur (ligature bilatérale des artères iliaques internes ou triple ligature de Tsirulnikov), soit en un traitement chirurgical radical (hystérectomie d’hémostase). L’étude s’est étendue sur une période de dix ans de janvier 2004 à décembre 2014.Tous les cas de traitement chirurgical devant une HGD ont été retenus. Nous avons ainsi comparé les patientes qui avaient bénéficié du traitement conservateur (n=51) à celles chez qui il avait été réalisé un traitement radical (n=57).
Nous avons considéré comme succès, l’arrêt de l’hémorragie après l’acte chirurgical avec survie de la patiente ; l’échec traduisait la persistance du saignement et le décès de la patiente malgré le traitement chirurgical. Le test statistique utilisé était le khi deux et le t Fisher pour les petits effectifs au seuil de signification fixé à 5% (p<0,05).
Résultats et discussion: Dans la prise en charge des HGD, le traitement chirurgical conservateur était statistiquement plus efficace sans que cela ne soit significatif par rapport au traitement radical (66,7 Vs 33,3%; p=0,3). Les résultats étaient d’autant plus meilleurs si ces méthodes conservatrices étaient appliquées précocement (p=0,00016), bien avant la survenue du choc hypovolémique (t=0,0009). Le pronostic était davantage meilleur lorsque les pertes sanguines avaient pu être compensées par une transfusion de sang et dérivés (t=0,0496).
Conclusion :
Les hémorragies graves de la délivrance sont trop souvent la conséquence d’un retard ou d’une insuffisance thérapeutique. Le traitement conservateur par ligatures vasculaires reste une alternative aux mesures radicales mais doit garder des indications précises (atonie utérine). Ce sont donc de bonnes alternatives chirurgicales à l’hystérectomie d’hémostase et à l’embolisation artérielle dans les pays pauvres d’Afrique.
Mots clés : Hémorragie du post-partum , Artère hypogastrique , Ligature vasculaire, hystérectomie d’hémostase

Correspondances: Dr Mian Dehi Boston, BPV 13 Abidjan
Email : bostondehimian@yahoo.fr

PRISE EN CHARGE DES HÉMORRAGIES DU POST-PARTUM DANS LES PAYS À REVENUS LIMITÉS: LIER OU HYSTÉRECTOMISER?

No comments yet.

Leave a comment

Your email address will not be published.

Résoudre : *
25 × 5 =


Share This