EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE SUBVENTION DES ACCOUCHEMENTS ET DES SOINS OBSTETRICAUX ET NEONATAUX D’URGENCE AU SEIN DU SERVICE DE GYNECOLOGIE- OBTETRIQUE DU CHU YO.

RÉSUMÉ :
Introduction : Au Burkina Faso, les ratios de mortalité maternelle et néonatale demeurent très élevés. Pour venir à bout de ces ratios de mortalité élevés, le Burkina a pris depuis 1997 une série de mesures. Face à l’inefficacité de ces mesures, la stratégie nationale de subvention des accouchements et des SONU a été adoptée en conseil des ministres le 22 mars 2006 afin d’accélérer l’atteinte des OMD.
Matériel et méthode: Nous avons mené une étude transversale à visée descriptive et analytique du 27 Février 2013 au 27 Mars 2013 au sein du CHUYO. Nous avons interrogé les patientes admises pour un accouchement ou une urgence obstétricale. Pour calculer la taille de l’échantillon (n=140 patientes), nous
avons choisi un niveau de confiance de 95 %, une longueur d’intervalle de confiance de 0,05 et utilisé une étude préalable faite en 2011 ayant trouvé 90% de bénéficiaires. Nous avons également interrogé tous les prestataires de santé, les vendeurs des dépôts kits du service, ainsi que tous les décideurs de la stratégie au CHUYO et à la DSME. Nous avons exclu de notre étude, toutes les patientes n’ayant pas donné leur consentement éclairé ainsi que les nouveau-nés nécessitant des soins d’urgence.
Résultats: Nous avons interviewé140 bénéficiaires, 141 prestataires de santé et 12 décideurs. Au nombre des kits recensés, nous avons noté 129 kits incomplets soit 81,65 %. Les frais de transport étaient à la charge des patientes dans 30,71% des cas. Le coût moyen de l’ambulance était de 8083,33 francs CFA. Les coûts réels auxquels les bénéficiaires ont dû faire face étaient nettement supérieurs à ceux établis par la stratégie : 27484,72 francs CFA pour l’accouchement dystocique ; 70553,33 francs CFA pour la GEU ; 65860 francs CFA pour la rupture utérine ; 16121,21 francs CFA pour l’AMIU et 73736,36 francs CFA pour la césarienne.
Conclusion : Notre étude nous a permis de mettre en exergue quelques goulots d’étranglement dans la mise
en œuvre de la stratégie. Il y a certes eu des acquis enregistrés mais de nombreux défis restent à relever.
Mots clés : Stratégiev subvention, accouchement, SONU.

Correspondaces: Pr. Ag. Timongo Françoise Danielle MILLOGO/TRAORE
09 BP 349 Ouagadougou 09 Burkina Faso / Email : fmillogo_traore@yahoo.fr.

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE SUBVENTION DES ACCOUCHEMENTS ET DES SOINS OBSTETRICAUX ET NEONATAUX D’URGENCE AU SEIN DU SERVICE DE GYNECOLOGIE- OBTETRIQUE DU CHU YO.

No comments yet.

Leave a comment

Your email address will not be published.

Résoudre : *
14 − 8 =


Share This